Histoires érotiques

Erotische Geschichten

Des histoires érotiques pour se faire un bon film !

Des regards torrides. Des baisers passionnés. Des fantasmes interdits. Nos histoires érotiques te plongent dans un autre monde – parfois tendre, parfois sauvage, parfois coquin. Déconnecte-toi du quotidien ou puise l’inspiration pour ton propre plaisir. Qu’il s’agisse d’aventures amoureuses classiques ou d’histoires BDSM coquines, tu trouveras ici différentes histoires érotiques d’auteur·es connu·e·s de l’élégante littérature érotique. Choisis l’histoire que tu veux lire et savoure le cinéma érotique de ta tête.

HOMETOWN GLORY

Une histoire érotique d’Erika Lust

Des maisons grises, des parents avec des enfants qui pleurnichent, des décorations de Noël kitsch, mais économiquement efficaces, et une armée impressionnante de voitures Mercedes-Benz et de BMW sur les parkings devant les bâtiments – à quel point elle détestait l’aéroport de Stuttgart. Tout simplement tout en cet endroit était déprimant.

Rentrer chez soi à Noël n’a jamais été facile pour Senta. Cela a toujours été une montagne russe d’émotions. Bien sûr, elle aimait sa famille de tout son cœur, malgré les malentendus réguliers, mais d’une certaine manière, elle se sentait toujours comme une étrangère à la maison. Il y avait tellement de choses que sa famille ne savait pas sur elle et sa vie, depuis qu’elle avait déménagé à Berlin pour l’université il y a six ans, et plus récemment à Barcelone. Tant de choses s’étaient passées ces dernières années. Elle-même avait du mal à y croire. Elle avait commencé à travailler dans une super entreprise à Barcelone, où siroter des Aperol Spritz sur le port de Barcelone faisait partie du programme au moins trois fois par semaine. Elle aimait son nouvel appartement et ses colocataires dans le quartier branché du Raval et elle avait rencontré Nuria. Ce n’était pas encore sérieux, mais Dieu qu’elle s’amusait avec cette femme. Jusqu’au moment où Senta l’avait rencontrée, elle n’avait aucune idée du plaisir que l’on pouvait donner à une autre personne rien qu’en la touchant du doigt.

Senta attrapa le paquet de cigarettes dans la poche de son manteau et, alors qu’elle allumait sa première cigarette mentholée de la période de Noël, elle entendit une voiture klaxonner derrière elle. « Allez, c’est parti« , pensa-t-elle en se retournant et en essayant d’arborer un large sourire. A côté de sa nouvelle voiture de fonction de la marque Mercedes, se tenait son père qui agitait frénétiquement les bras. Le sourire de Senta s’était transformé en un vrai sourire. Frank avait toujours été très prévisible – mais d’une manière plutôt mignonne. Sur tout le chemin du retour, ils écoutèrent Janis Joplin dans la voiture. Pendant une seconde, Senta envisagea de parler de Nuria à son père, mais décida que ce n’était pas encore le bon moment. Alors qu’ils remontaient l’allée du 9, Mozartstraße – l’adresse de la maison d’enfance de Senta – son père lui serra un peu la main. « C’est vraiment bon de te voir, ma petite« , dit-il et Senta sut qu’il le pensait vraiment. « Toi aussi papa, et merci d’être venu me chercher« .

Pendant le repas de Noël, tout se déroula sans encombre. Sa mère commenta son poids et ses cheveux – Senta avait renoncé à expliquer à sa mère le concept de body-shaming et que le fait de dire « tu es si maigre » ne soit pas un compliment. Elle savait qu’elle voulait bien faire. Son père félicitait sa sœur pour la promotion de son mari cette année et son neveu Jacob se plaignait de devoir attendre après le dîner pour ouvrir ses cadeaux de Noël. Alors qu’elle piochait dans son repas, Senta se mis à penser à autre chose. Retourner entre les jambes de Nuria.

Elle pensa au décolleté plongeant de Nuria et au parfum de ses longs cheveux bruns. Elle se remémorait les lèvres de Nuria et le regard de ses yeux ambrés, alors qu’elles atteignaient toutes deux leur apogée au son des vagues sur les rochers de la Costa Brava. Nuria était si différente de toutes les personnes qu’elle avait rencontrées jusqu’à présent. Elle était si forte, si sûre d’elle et si aimante, et Senta se sentait invincible grâce à elle. Peu avant son départ pour l’Allemagne, Nuria l’avait emmenée en excursion romantique. Les quatre jours les plus parfaits et les plus mémorables de la vie de Senta. Rien qu’elles deux, seules dans le charmant petit chalet d’une petite ville côtière que Nuria avait trouvé sur Internet. Elles avaient passé tout leur temps au lit ; elles avaient ri, parlé et eu le sexe le plus époustouflant que Senta ait jamais eu. Elles ne pouvaient tout simplement pas se lasser l’une de l’autre. Surtout le soir où Nuria lui avait offert un cadeau avant Noël. « Pour rendre la période de Noël un peu plus douce pour toi« , avait-elle dit avec un sourire malicieux sur le visage. Senta n’avait aucune idée de ce dont Nuria parlait. Lorsqu’elle avait ouvert le cadeau, une petite boîte contenant un vibromasseur bleu pour les doigts lui était tomber dans la main. Elles s’étaient mises à rire toutes les deux et Senta avait embrassé Nuria. Submergée par ses sentiments pour Nuria, Senta l’avait pressée soudain contre le coussin moelleux, tout en l’embrassant et en la tenant toujours passionnément. Elles avaient commencé à se déshabiller mutuellement et Nuria avait murmuré à l’oreille de Senta : « Ou alors, on pourrait l’essayer tout de suite… juste pour être sûres qu’il fonctionne vraiment« . Senta était déjà tellement excitée qu’elle n’avait même pas pu répondre. Tout en continuant à embrasser Nuria, elle avait pris le petit paquet et avait placé celui-ci dans les douces mains de Nuria. Elle avait rapidement déballé le petit vibromasseur tout en embrassant tendrement les douces lèvres de Senta, son cou et ses seins. Ses doigts descendirent le long du corps de Senta, de ses bras, de son nombril et enfin de ses jambes.

Elle écarta doucement les jambes de Senta pour masser l’intérieur de ses cuisses avec le vibromasseur.

Senta sentait les vibrations parcourir ses jambes et la chaleur des doigts délicats de Nuria, et elle sentait qu’elle commençait à mouiller. Elle se mis à gémir juste au moment où les doigts de Nuria cherchaient sa chatte. Lorsqu’ils la pénétrèrent profondément, les vibrations commencèrent à se répandre dans le corps de Senta comme un tsunami. Automatiquement, les hanches de Senta se mirent à bouger au rythme des doigts de Nuria et, par ses mouvements, Nuria la mena plusieurs fois au bord de l’orgasme, lui faisant volontairement sentir l’intensité et les pulsations entre ses jambes juste avant l’apogée. Senta n’en pouvait plus, sa tête devenait complètement vide lorsque les vagues d’orgasme accompagnées des vibrations intenses du jouet atteignaient chaque nerf et chaque cellule de son corps. Nuria marqua une pause et ses lèvres se posèrent à nouveau sur celles de Senta. Entre deux baisers, Senta déplaça doucement son corps vers le haut. Elle glissa lentement le long du corps de Nuria et prit ses mamelons durcis dans sa bouche, tandis qu’elle massait tendrement ses seins du bout des doigts. « Je veux te lécher jusqu’à ce que ma langue s’engourdisse« , chuchota Senta à l’oreille de Nuria. Avec un bruit à mi-chemin entre un soupir et un gémissement de plaisir, Nuria poussa Senta vers le bas, doucement mais fermement. Lorsque Senta plaça sa tête entre les cuisses de Nuria, Nuria pressa son corps encore plus près d’elle. Elle garda les yeux fermés et émit des gémissements constants tout en frottant son corps contre Senta. Elle était très proche de l’orgasme, Senta pouvait le voir à la façon dont ses jambes bronzées se raidissaient davantage et dont ses petits pieds et orteils étaient écartés comme ceux d’une ballerine russe. Nuria tremblait lorsqu’elle atteignit enfin l’orgasme et son corps se détendit complètement lorsqu’elle retomba dans le lit.

« Senta… SENTA !« , une voix envahit violemment le subconscient de Senta.
« Quoi ?« , répondit Senta, brutalement tirée de sa rêverie. « Je t’ai demandé si tu avais hâte d’aller à ta réunion d’anciens élèves plus tard dans la soirée, ma chérie ?« , répéta sa mère, qui semblait un peu vexée par l’absence de Senta. La réunion d’anciens élèves… Senta l’avait presque oubliée. « Euh, oui, bien sûr… ça va être amusant« , répondit-elle en vidant rapidement son verre de Chardonnay.

La réunion d’anciens élèves avait lieu au Café Bleu, le seul vrai bar de la ville, juste à côté de la place du marché, au centre-ville. La propriétaire, Berta, une femme âgée grincheuse qui tenait l’établissement depuis 15 ans, l’avait baptisé du nom de l’album de The Style Council sorti en 1984. Senta avait toujours aimé ce nom. Lorsqu’elle poussa la porte, l’odeur de la fumée de cigarette froide et des bougies de Noël bon marché l’assaillit presque. Après avoir dit bonjour à Berta et à quelques ancien·ne·s camarades de classe, elle fut immédiatement arrêtée à la même table qu’Ali, son ancien béguin d’école. Dix ans plus tôt, elle avait travaillé si dur pour pouvoir sortir avec lui. Elle disait ce qu’il fallait, portait des tenues mignonnes, traînait avec les bonnes personnes. Elle ne se comportait jamais mal et respectait toujours le code de conduite informel des ados. Senta détestait la personne qu’elle avait été à l’école. Le simple fait de s’en souvenir lui donnait envie de prendre immédiatement le premier avion pour Barcelone. Ali avait été le capitaine de l’équipe de football et toutes les filles voulaient sortir avec lui. Il était maintenant marié à Veronica. Celle-ci était également assise à la table avec lui et ils parlaient du nouvel appartement qu’ils venaient de louer ensemble dans un quartier chic de la ville. Ils n’avaient pas l’air très heureux de la présence de Senta à leur table. Senta surpris Ali à plusieurs reprises en train de mâter ses seins et ses jambes. Dix ans plus tôt, elle se serait sentie flattée et reconnue. Maintenant, cela la dérangeait. Elle était agacée et avait peur d’oublier les bons souvenirs qu’elle avait de Nuria pendant que ce creep la dévorait des yeux. Tout cela était si déprimant. Elle vit Veronica se rapprocher de sa meilleure amie Amélie, assise à sa gauche, exactement comme elles le faisaient à l’époque dans la salle de classe de quatrième. Elle entendit Veronica murmurer : « Elle s’habille de manière toujours aussi provocante« . – et Amélie ricana. Slut-shaming et comportement de meute – bienvenue au lycée Schiller. Pendant une seconde, Senta envisagea de laisser tomber, mais elle en décida autrement. « Eh bien, vous deux n’êtes pas devenus plus sympa en dix ans, n’est-ce pas? » En attendant leur réaction, Senta leva les yeux au ciel, vida rapidement son verre et se leva pour partir.

Soudain, une jeune femme entra dans le bar. Était-ce vraiment Léonie ? Impossible. Leur chemins s’étaient croisés à plusieurs reprises au cours des dix dernières années. D’abord dans l’équipe de natation de l’école, plus tard lors des soirées chez Hugo, dont les parents étaient toujours en vacances, et une fois, peut-être deux ans plus tôt, au Sisyphos à Berlin, alors que Senta vivait encore là-bas. Elles n’avaient jamais eu l’occasion d’approfondir leur relation, mais il y avait toujours eu une forte attirance entre elles. Leonie avait l’air en forme et sûre d’elle et portait sa veste en cuir noir avec panache. Senta l’avait regardée trop longtemps et Léonie l’avait remarqué. Il y avait cette étincelle de coquetterie dans ses yeux alors qu’elle passait lentement devant Senta et lui effleurait doucement les hanches avec ses doigts. A ce moment-là, quelque chose fit clic dans la tête de Senta et, sans y penser, elle suivit Leonie jusqu’aux toilettes. Dès qu’elle eut franchi la porte, Léonie se retourna. « Mon Dieu, cette réunion d’anciens élèves est encore pire que ce à quoi je m’attendais« , dit Léonie en attachant ses longs cheveux blonds en queue de cheval devant le miroir. Au lieu de répondre, Senta referma la porte de la salle de bain derrière elle. Léonie se retourna et sa mine s’éclaira lorsqu’elle vit le regard de Senta. Elle se mordit doucement les lèvres et s’appuya avec ses mains sur le lavabo derrière elle, tout en se penchant légèrement en arrière. Senta s’approcha d’elle jusqu’à ce que leurs visages se touchent presque. Elle passa ses mains autour des hanches de Léonie et commença à embrasser son cou, où se trouvaient ses cheveux quelques minutes plus tôt. « Et si quelqu’un entrait ? Notre personne favorite, Veronica, par exemple ?« , demanda Senta tandis que ses mains passaient dans les cheveux de Léonie et glissaient le long de ses épaules athlétiques et de ses bras filiformes. Cela semblait être la chose la plus naturelle du monde de la toucher ainsi. « Tu penses sérieusement à Veronica en ce moment ? Je suis gravement offensée« , répondit Léonie en plaisantant, tout en déboutonnant la chemise de Senta. « J’essaie de me dépêcher« , dit Léonie en lui faisant un clin d’œil. Dans une frénésie d’adrénaline circulant dans son sang, Senta oublia le manque massif d’intimité dans les toilettes pour femmes du Café Bleu.

« D’un geste habile et rapide, Léonie souleva Senta sur le bord du lavabo et lui retira sa culotte. »

Senta sentit sa chatte s’humidifier et se réchauffer sous l’effet de la langue de Léonie qui la goûtait. Elle écarta largement les cuisses lorsque Léonie remonta sa main pour caresser ses mamelons. Pendant ce temps, elle lécha avec sa langue le pubis légèrement taillé de Senta et son clitoris. Senta faisait de son mieux pour maîtriser sa respiration, qui se transformait de plus en plus en gémissement, tandis que Léonie la baisait avec sa langue. « On aurait dû faire ça il y a des lustres« , chuchota Léonie, qui pressait maintenant sa langue contre le clitoris de Senta et massait ses lèvres avec deux doigts. Lorsque Léonie enfonça ses doigts en elle, elle se leva et regarda Senta droit dans les yeux. Sa respiration devint plus forte et plus instable. Senta sentit à nouveau cette intensité indescriptible monter en elle et ramena rapidement sa main vers le bas pour masser son clitoris, car Léonie était encore en elle. Tout comme une casserole à pression qui déborde, l’orgasme s’était emparé de Senta et elle jouit. Une main enfoncée dans le lavabo et l’autre s’accrochant au distributeur de savon à sa droite, elle connut un orgasme bref mais intense. Elles s’arrêtèrent toutes les deux pour reprendre leur souffle. Dans le miroir, Senta vit la satisfaction se lire sur le visage de Léonie. Lorsqu’elles sortirent des toilettes, Ali et Veronica se disputaient juste devant la porte – mais rien de tout cela n’avait d’importance. Elle avait dépassé les préjugés et les moqueries de la petite ville. Après tout, elle venait de se faire baiser dans les toilettes par la fille la plus cool de l’école.

Tout au long de son retour à la maison, Senta écoutait les chansons de Princess Nokia sur son iPod devenu presque antique, se remémorant les 30 meilleures minutes qu’elle avait jamais passées dans des toilettes publiques. Elle ouvrit doucement la porte pour ne réveiller personne après être arrivée chez elle. Elle retira ses chaussures et monta furtivement les escaliers jusqu’à sa chambre. Après 26 ans de pratique, elle avait perfectionné cette manœuvre. Au moment où elle s’allongea, la porte de sa chambre s’entrouvrit et les boucles rousses de sa mère apparurent. « Je voulais juste m’assurer que tu étais bien rentrée. Tu t’es bien amusée ?« , chuchota sa mère dans la pièce. « Oui maman, en effet.« , Senta répondit volontairement de manière à laisser une grande liberté d’interprétation. « Tu vois, je t’avais dit que ce serait bien que tu revoies tous tes ami·e·s. Comme Ali et Amélie« . « Haha, bien sûr maman« , rit Senta. « Hé maman ?« , dit Senta alors que sa mère était déjà en train de fermer la porte de la chambre. « Je sors aussi avec des femmes« . Sa mère la regarda pendant une seconde avec un regard que Senta ne comprit pas, tout en tenant toujours la poignée de la porte. « Ah oui?« , répondit-elle finalement, sans paraître particulièrement surprise. « Eh bien, je n’ai jamais été une grande fan de tes goûts en matière d’hommes. Voilà, c’est dit. » Senta ne put s’empêcher de rire tandis que sa mère éteignait la lumière de la chambre. « Bonne nuit, ma chérie« , dit-elle en refermant doucement la porte derrière elle. Senta regarda par la fenêtre de sa chambre d’enfant, comme elle l’avait fait d’innombrables fois auparavant, consciente que pour la première fois depuis longtemps, elle garderait un bon souvenir de ce Noël.

Elle entendit son téléphone portable vibrer sur la table de nuit à côté de son lit. C’était un message de Léonie : « Finalement, cette réunion d’anciens élèves était plus intéressante que je ne le pensais. Rentre bien à Barcelone ! Je n’ai pas encore planifié mes vacances d’été et j’ai entendu dire que la Costa Brava était plutôt belle ? J’espère te voir bientôt. Bisous, Léo« .

Senta sourit et sans hésiter, elle décida de s’adonner à sa libido nouvellement éveillée et qu’elle adorait déjà en attrapant le jeans qui se trouvait à côté de son lit. Le petit vibromasseur pour les doigts était toujours dans sa poche. Ce soir, elle n’avait pas besoin de se connecter à son compte sur Xconfessions.com – il y avait suffisamment de séquences en attente dans sa tête pour un marathon de masturbation.

Avec l’aimable autorisation de

erikalust.com


L’EXCURSION CHAUDE

Une histoire de femtasy

Je te vois sortir de la porte d’entrée et je te reconnais de loin. Ta tenue me plaît. Il fait chaud et je suis content·e que ma voiture aie la clim’. Nous avons rendez-vous. Cela fait si longtemps que j’attends de te revoir. Malheureusement, ton temps est limité. Nous ne ferons qu’un petit tour, même si j’aimerais te garder plus longtemps avec moi. Tu m’as dit que ce que nous allions faire était un de tes fantasmes – Et aujourd’hui, nous allons le réaliser ensemble.

Là, tu es devant ma voiture, tu l’as bien sûr reconnue. Tu as déjà été souvent en route avec moi, mais aujourd’hui, ce sera différent des autres fois. Je descends et ouvre la porte de l’autre côté pour toi, je te regarde profondément dans les yeux. Tu es excité·e ? Ton regard me marque. Je ne me lasse pas de te regarder. Est-ce que je t’ai déjà dit aujourd’hui à quel point tu es magnifique ? Je t’embrasse, juste un frôlement très bref. Peau contre peau pendant quelques secondes. Tu me retiens, et maintenant cela deviendra quand même un long baiser. Ma langue joue avec la tienne, je la retire sans cesse pour ne t’embrasser que plus passionnément. Tu t’enfonces dans mon étreinte, tu te détends. Ton corps tout entier se penche vers moi. Je me détache doucement de toi, m’assieds derrière le volant, démarre le moteur et démarre.

Nous sommes tou·te·s les deux tendu·e·s par l’excitation. Il est clair que nous ne pensons qu’à une chose. Maintenant, nous quittons la ville et les premiers champs défilent devant nous. Je sais que tu ne portes pas de slip… Cela aussi fait partie de ton fantasme. Je pose ma main sur ta jambe nue pendant que je conduis. Par chance, ma voiture change de vitesse automatiquement et me permet de te toucher. Tu te tend vers moi, tu soupires doucement et avec plaisir, tu frissonnes. J’ai la chair de poule. Je caresse doucement ta peau. Comme j’aimerais la voir aussi maintenant. L’embrasser, la lécher. Mais je dois me concentrer sur la route, regarder devant moi. Pas de regard vers toi. Juste mes doigts qui remontent et t’explorent. Enlever tes vêtements, les faire glisser sur le côté… Maintenant, le bout de mes doigts atteint son but.

Tu écartes un peu plus les jambes. Je remarque que tu es déjà tout·e mouillé·e.

Sans doute ton humidité va-t-elle laisser des traces sur le siège. Cela m’excite infiniment. Toute la voiture sent ton odeur. Tu n’as presque rien à faire pour m’exciter à ce point. Ce n’est qu’un morceau de tissu – Mais le fait que tu ne portes pas de slip me fait bander comme une pierre. Tu soupires et te glisses vers moi sur le siège pour que je puisse te toucher plus facilement. Je ne me fais pas prier deux fois, je te pénètre avec un doigt, très lentement… puis avec un deuxième. J’ai tellement de mal à regarder la route, mais cela rend la sensation encore plus intense. Quel contact physique. Tu te sens si bien. Je te caresse de l’intérieur. Pas de mouvements rapides, juste très doux et délicats. Tu aimes ça et en même temps, ça te rend fo·u·lle.

Sur la route, une voiture vient à notre rencontre. Je me demande s’ils peuvent voir les cochoneries que nous faisons. Tu viens sans doute de te poser la même question, et cela semble t’exciter encore plus. Ta respiration s’accélère, se précipite. Une autre voiture vient à notre rencontre. Et une autre encore. Nous sommes au milieu de la route, alors que mes doigts sont en toi. Je t’entends gémir dans ma voiture. Quelle cochonnerie infinie. Je retire mes doigts de toi pour les lécher avec délectation tout en conduisant. Je tourne sur une petite route de campagne qui passe entre de hauts champs de maïs. Voilà un parking, enfin. Je m’arrête.

J’ai maintenant les deux mains libres, l’une d’elles atterrit immédiatement entre tes jambes. Il n’y a presque personne sur cette route. Maintenant, je te regarde brièvement. Oh, comme tu m’excites… Je passe sous tes vêtements et touche ta poitrine. Je n’en peux plus. J’ai envie de toi. J’ai besoin de toi. Je fais glisser mes doigts de plus en plus vite en toi, loin en toi et hors de toi. Ma paume rencontre à chaque fois ton clitoris.

Oh mon Dieu, je ne peux plus le supporter. Je veux te sentir. Te pénétrer…

Mon pantalon se tend, je peux à peine m’asseoir. Tu as déjà compris et tu grimpes sur la banquette arrière. Je te suis. Maintenant, nous nous embrassons, intensément et passionnément. Je suis au-dessus de toi, je presse mon corps contre le tien et te fais sentir ma queue dure. J’embrasse ton cou, je descends lentement le long de ton corps. Je m’arrête un instant sur tes seins, prends un téton dans ma bouche et le suce – mais pas longtemps. Je veux te goûter.

Maintenant, ma langue est entre tes jambes, tourne autour de ton orifice et pénètre en toi. Je sors et je passe sur ta peau… Je suce ton point le plus sensible. Tu as si bon goût. J’attrape chaque goutte d’humidité, tout en pétrissant tes seins avec mes mains. Maintenant, je te tire sur mes genoux. Tu défais mon pantalon, tu tires le boxer vers le bas. Je saisis ton bassin et le laisse descendre sur mon pénis. Il te pénètre sans effort. J’ai du mal à me retenir, j’ai envie de toi depuis trop longtemps.

Tu commences à me chevaucher, de haut en bas. Je n’y arrive plus très longtemps. Tes gémissements, combien tu es humide, ton corps parfait qui se déplace sur moi… Ton cou est légèrement rouge. Tu me regardes. Je vois à quel point tu es excité·e, à quel point tu es sur le point de jouir. Une autre poussée, tu trembles, d’abord légèrement, puis de plus en plus fort. Ta bouche s’ouvre en un gémissement bruyant. Tu te resserres autour de moi et je ne peux pas m’en empêcher. Je t’attire encore plus près de moi, t’embrasse et jouis en toi, en tressaillant. Je plante mes mains dans ta peau. Ton toucher est d’une douceur infinie. Nous restons encore un peu enlacés sur la banquette arrière. Quel périple en voiture…

Si tu veux écouter des histoires érotiques de femtasy, tu peux chercher ici la voix qui te convient.


LES PLUS LONGS PRÉLIMINAIRES DU MONDE

Une histoire de Nova Niedermeyer
(Auteure du blog érotiqueMimi&Käthe)

Un peu avant six heures et demie du soir. Je pensais au sexe alors que je lui écrivais que je reviendrais à notre port d’origine. Cela veut quand même dire quelque chose, chuchota une voix en moi. Je suis revenue à Hambourg – pour travailler dans un magazine féminin.

Toni m’avait proposé de rester chez lui pour le moment, et j’ai accepté cette offre avec gratitude. Tant que tu n’auras pas trouvé autre chose, chantonnait-il au téléphone, et je sentais déjà un picotement familier entre mes jambes. La nostalgie et le sentiment qui avait animé notre amitié lorsque nous étudiions encore ensemble. « Je serai chez toi à 19 heures », écrivai-je alors que le train entrait en gare.

C’était un vendredi soir. Déjà à l’époque, nous nous étions souvent retrouvés le vendredi soir pour étudier ensemble ou pour faire nos trucs de meilleurs potes : se bécoter mutuellement et flirter avec amour et chaleur, ce que nous pouvions tout juste encore mettre sur le compte de l’amitié. Sept heures moins le quart. Des sextoys dans mon sac à main, du rouge sur mes lèvres. J’étais devant sa porte et j’ai sonné. « Tina », dit-il d’une voix rauque en ouvrant la porte. Toni me pris dans ses bras et me serra si longtemps que j’ai cru qu’il ne me lâcherait plus. Alors que nous étions enlacés dans son couloir, il m’attira vers lui dans son appartement.

Toni me laissa le temps de m’installer, il ne me posa pas de questions, même s’il savait que j’avais rompu avec Eric. Sa retenue me plaisait.

19h30 – Il m’emmena dans la salle à manger et m’accueillit avec un dîner. Nous étions assis là. Lui, manager à succès d’une maison de disques, et moi, journaliste du sexe montante pour un grand magazine féminin. C’était presque comme avant, sauf qu’aujourd’hui, la tension était encore plus intense. Je serrai les jambes en m’asseyant à table. Finalement, je me mis à parler pour masquer mon excitation. Je parlai de mon nouveau travail et du sentiment nostalgique d’être de retour dans le Nord. Je parlai de mon premier jour à la rédaction, il y a une semaine, et de combien les études avec lui me manquaient. Combien il me manquait… « Qu’est-ce qu’ils attendent-ils de toi? », demanda-t-il en allant chercher de l’eau-de-vie pour trinquer.

« L’orientation est très intéressante », répondis-je, légèrement éméchée. Le regard de Toni croisa le mien et j’imaginais ce que ce serait de l’embrasser. Ce serait plus qu’un baiser, plus qu’un simple contact. Le désir était grand et avait poussé au fil des années. Maintenant que nous étions là, je pourrais l’embrasser et je me laisserais séduire par lui. Pourrait, ferait, serait … Quand il s’agissait de Toni, le conditionnel était mon ami. Le sexe était exclu, car notre amitié était trop importante pour que nous la risquions avec du sexe. Auparavant, nos relations nous avaient empêchés de nous jeter l’un sur l’autre. Maintenant, c’était autre chose. « Ils veulent que j’écrive sur les sextoys ». Mon état d’ébriété me poussait à tout lui raconter. Tous les secrets sexuels qui dormaient dans mes fantasmes les plus fous. Et aussi : le grand test de jouets que je devais écrire pour le magazine.

« Des sextoys ? » Il a souri. « Tu dois essayer des sextoys ? »

Il faisait semblant de faire comme s’il n’était pas au courant de ma collection de jouets. « Oui », chuchotais-je en rougissant. Le silence s’était installé. Il me regardait avec ce regard enflammé qui m’avait déjà rendue folle à l’époque. Dans ses yeux, je lisais la passion. Un regard comme celui d’un homme qui, l’instant d’après, jette sans retenue l’élue de son cœur sur le lit pour faire des choses pas du tout raisonnables avec elle. Parfois, je m’imaginais de quoi il aurait l’air si nous faisions l’amour et qu’il parvenait à l’orgasme. Je pensais souvent à lui quand je me masturbais.

Je revins à l’instant présent. Toni but une gorgée de bière. « Tu veux que je t’aide à faire ça ? », a-t-il chuchoté si doucement que je l’avais à peine compris. Je tressaillis de désir et je sentis l’humidité s’installer entre mes jambes. Toni avait déjà fait des choses incroyables avec moi et mon corps – il n’avait même pas besoin de me toucher pour cela.

« Quoi ? Tu veux … ? » A quel point était-il sérieux ? « Tu as apporté les sextoys ? » « Bien sûr ». « Bien ». Il parlait lentement et avec patience, comme si nous avions tout le temps du monde. « On ne s’amuserait pas un peu avec ça ? » Toni semblait sincère. Je me mis à trembler en pensant à ce que cela ferait si ce n’était pas moi-même, mais lui qui essayait le vibromasseur sur moi. « À deux, c’est peut-être plus intense. Et le fabricant sera content d’avoir un bon rapport de test », plaisantait-il.

« Tu es sérieux ? » Je croisai les jambes. La sensation entre mes cuisses me rendait folle et Toni le remarqua lorsque je me mordis la lèvre inférieure. « Bien sûr », dit-il avec décontraction. « Qu’est-ce que tu en penses ? » Il se redressa et me regarda droit dans les yeux. J’évitai son regard et pris une autre gorgée de bière. Changement de sujet, exigea la Tina excitée en moi. « Qu’est-ce qui se passe avec Nelly ? » Nelly, son ex. Je me doutais bien qu’ils s’étaient séparés, mais nous n’en avions jamais parlé. « Nelly ». Il soupira en secouant la tête. « En bref, elle est partie pour un travail et nous nous sommes perdus de vue ».

« Oh. » J’essayais de compatir, mais je n’y parvenais pas. « En gros, c’est le même cinéma que tu fais en ce moment avec Eric », dit-il en faisant croire à une blague. Il vida son verre et se rapprocha. L’excitation s’annonçait et fut remplacée par le plaisir lorsque sa main se posa sur ma cuisse. Il tâtait la zone chaleureuse entre mes jambes et je savais qu’il allait bientôt sentir l’humidité à travers mon collant en nylon.

« Eric et moi nous étions séparés avant que je reçoive mon offre d’emploi à Hambourg », dis-je d’un ton incertain. « La séparation a commencé il y a des années. En fait, c’était déjà le cas quand toi et moi nous sommes rencontrés », ajoutai-je par inadvertance. « Quoi ? » Il sourit et cligna des yeux, comme si c’était quelque chose de surprenant. L’alcool en moi exprimait ce que nous savions de toute façon.

Peu après neuf heures – Nous étions bourrés et avions parlé du bon vieux temps. Puis nous avons atterri sur son canapé et nous nous sommes regardés dans les yeux pendant des heures. C’est tout. Nous n’étions pas tombés l’un sur l’autre, nous avions gardé une distance familière et nous ressentions ce crépitement séduisant. « Tu joues avec le feu », murmura-t-il, et je savais qu’il avait raison. Ce serait une erreur de continuer à le regarder dans les yeux, et pourtant c’était trop irrésistible pour que je m’arrête. Sa main s’égara sous ma robe et il sentit à quel point j’étais humide entre mes jambes. La passion brillait dans ses yeux et, comme si je lisais dans ses pensées, je savais que c’était le bon moment pour l’embrasser. Mais nous ne nous sommes pas embrassés.

J’interrompis nos tendres échanges de regards et je décidai d’aller me coucher. C’était trop risqué de continuer à flirter avec lui. « Je crois que je vais plutôt aller me coucher. Ça ne te dérange pas ? », ai-je demandé et il me regarda profondément dans les yeux. Sa main se posa sur ma cuisse et je tremblai sous son contact. Il ne se passa rien entre nous, car je m’étais levée et j’étais allée sans Toni dans la chambre d’amis, où je finis par sombrer dans des rêves fous.

Peu après deux heures – En gémissant, je sortis de mes rêves et j’eus presque cru avoir un orgasme. J’étais seule dans mon lit et je sentais à quel point ma culotte était mouillée. J’avais fait un rêve érotique. Peu à peu, ma respiration se calma et je caressai l’idée d’aller voir Toni dans sa chambre. Ce serait trop beau d’enfreindre quelques règles et de faire des choses absolument pas résonables et interdites avec lui dans son lit. Je sortis rapidement le vibromasseur de mon sac, me levai et enlevai mon slip. J’entrai silencieusement dans la chambre de Toni. Excitée, je me rendis dans son lit et m’assis sur lui. Cela le réveilla. Grâce à la lumière de la lune qui passait à travers la fenêtre, je reconnus le sourire sur son visage. « Je me disais bien que toi non plus, tu ne savais pas dormir », dis-je en chuchotant et en lui passant tendrement la main dans les cheveux, comme si nous étions protégés par l’obscurité et que tout était permis.

« Ça fait toujours partie des préliminaires ? », demanda-t-il en me touchant les épaules et en descendant jusqu’à ma taille.

Sous moi, je sentais son érection qui se pressait contre mes lèvres. Instinctivement, je frottai ma fente contre son entrejambe. Toni retira son t-shirt. Le clair de lune brillait sur son torse nu et je me mordais inconsciemment la lèvre inférieure. Je gémis lorsqu’il m’attira contre lui, mais je me détachai de lui. Ce n’était pas raisonnable, je le savais, tout comme je savais que nous avions été raisonnables assez longtemps. C’était assez, rien ne devait plus nous empêcher de nous jeter l’un sur l’autre.

Mon cœur battu plus vite quand je lui donnai le vibromasseur. Toni me fit un clin d’œil. « Détends-toi », murmura-t-il en laissant sa main se promener sur mes seins. Il plaça un coussin sous mes fesses et ses doigts touchèrent mon pubis. Il gémit brièvement et commença à caresser la peau délicate de mon entrejambe avec le vibromasseur. Son regard se posa sur moi – il appuya sur le bouton d’allumage en massant en même temps l’intérieur de mes cuisses. Je rougis instantanément d’excitation et sentis à quel point son contact me faisait mouiller. Puis il approcha le vibromasseur de mon clitoris. Cela me rendait folle et c’était tellement plus intense que ce que j’avais imaginé.

Il m’observait, moi et mes réactions, sachant qu’un seul contact supplémentaire de sa part suffirait à me faire atteindre l’orgasme. Mais il prit son temps, voulant voir et entendre davantage de moi. Je passai la main dans le boxer de Toni et je pris sa queue en main. Il ferma les yeux et les rouvrit, comme s’il avait peut de manquer quelque chose de moi. Je me tordis sous la vibration que le vibromasseur faisait sur mon clitoris et je voulus en sentir davantage en moi. Le pénis de Toni était tel que je l’avais imaginé, et je voulais le sentir profondément en moi. Sentir son jus se déverser en moi. Bientôt, nos premiers préliminaires se transformeraient en quelque chose de plus grand: du sexe intense et passionné. Les préliminaires peuvent être bien plus qu’une simple partie de jambes en l’air avant le sexe – des regards, des caresses et un flirt habile qui peut durer des années. Et maintenant, il était temps de passer à l’acte principal.

Histoires érotiques de Lustvoll

Lustvoll – Histoires érotiques

Tu as aimé cette histoire ? Tu trouveras ces histoires érotiques et bien d’autres dans « Lustvoll » d’AMORELIE – un recueil d’histoires courtes érotiques d’hier et d’aujourd’hui qui promettra un plaisir de lecture sensuel et plein de merveilleux moments forts.

De la poésie au BDSM, du grand amour aux torrides aventures d’un soir – Johann Wolfgang von Goethe et Rainer Maria Rilke rencontrent ici les stars actuelles de la littérature érotique comme Erika Lust, Lucy Palmer ou Paula Lambert. Un petit avant-goût pour vous… ?

« Elle ressentit à nouveau ce désir insatiable qui naissait au plus profond d’elle-même, puis se répandait comme de l’électricité dans tout son corps, descendait jusqu’à la pointe des pieds et remontait jusqu’à la racine des cheveux. « Oui, s’il te plaît », murmura-t-elle et sans hésiter, la femme pressa ses lèvres sur sa bouche. Comme elles étaient douces, humides et chaudes. Un million de terminaisons nerveuses semblaient converger vers la bouche d’Elise. L’inconnue mordit légèrement sa lèvre inférieure et la suça, l’embrassa passionnément et passa doucement sa langue le long de ses lèvres« . Miss Chaudri – Erika Lust


FANTASMES DE BONDAGE

Une histoire de Henriette Nilsson

Fantasmes de bondage – Partie 4

Lorsque Sophia ose à nouveau regarder au loin, elle n’entend quasiment plus que les voix du conseil d’administration. Au lieu de cela, c’est LUI qui se tient devant elle ! A moins d’une longueur de bras ! « J’espère que le café de ce matin était encore bon malgré la précipitation ? » Alléluia – quelle voix rauque et masculine. Ce n’est que lentement que Sophia parvient à retrouver une certaine lucidité. « Hmm, oui. Merci. Il était bon. Et merci aussi d’avoir payé. Normalement, ça ne m’arrive pas ». A peine avoir parlé, elle ne peut s’empêcher de sourire.

« Oui, c’est clair, Sophia. Normalement, ça ne t’arrive pas. Tu n’es pas non plus soudainement sur scène et sans voix. Tu n’es pas non plus toujours en retard à tes rendez-vous. Et tu ne fais pas non plus de rêves érotiques avec ce type. Non, Sophia. Normalement, tu es une personne totalement planifiée, qui ne se laisse pas facilement déstabiliser ». « Pas de problème. Je l’ai fait avec plaisir. Au fait, je m’appelle Alex ». C’est donc le nom de l’homme qui rend Sophia folle depuis des jours. « Enchantée. Je m’appelle Sophia ».

Alors qu’Alex sourit de façon charmante, il n’y a plus de place dans la jolie tête de Sophia que pour un seul mot : l’envie ! Soudain, Alex s’approche d’elle. Une odeur de sueur et de parfum pique les narines de Sophia. La combinaison d’Alex est couverte de taches d’huile provenant des machines. Pourtant, il l’attire timidement vers lui. Sophia sent le haut de ses bras entraînés. Puis la main d’Alex glisse sur ses fesses. A peine y est-il arrivé qu’il attire la hanche de Sophia contre la sienne. Fermement. Pour qu’elle sache exactement de quelle partie du corps d’Alex elle peut se réjouir. La respiration de Sophia s’emballe. Elle ferme les yeux un court instant. Et avant qu’elle ne s’en rende compte, Alex a déjà pressé ses lèvres contre les siennes. Ses dents mordillent ses lèvres bordeaux. D’abord prudemment, puis de plus en plus fort. Poussée par une envie folle.

Quelques secondes plus tard, la langue d’Alex se glisse dans sa bouche et la fait tourner délicatement. Sophia se rend compte à quel point elle devient sauvage. Ses jambes se frottent l’une contre l’autre. Dans son slip, une mer de plaisir se répand. Pas étonnant, les gestes d’Alex sont rodés. Et avant que Sophia n’ait le temps de se poser d’autres questions sur ses mains, il la soulève déjà d’un coup sec et la repose délicatement sur la machine de remplissage située à quelques centimètres. Sophia ne sait pas ce qui lui arrive. Mais elle garde les jambes écartées. Elle ne pense même plus à jouer les rabat-joie maintenant. Alex regarde Sophia avec avidité. Il scrute chaque centimètre de son corps palpitant.

Puis il déboutonne la première tête de son chemisier. Puis la deuxième. Ce faisant, il frotte sans cesse son membre ferme en rythme dans l’entrejambe de Sophia. Et avant qu’elle ne s’en rende compte, Alex déchire déjà son chemisier. Puis il défait la boucle de son soutien-gorge et le tire vers le bas jusqu’à ses poignets. Il lie habilement ses mains avec les bretelles, puis s’attaque à ses tétons durs. Aïe, se dit Sophia à elle-même. Mais Alex ne la lâche pas d’une semelle. Ses mains se glissent maintenant sous sa jupe en cuir et défont sans hésiter les jarretelles noires. Sophia jette ses talons hauts couleur crème sur le sol de la salle. Elle est trop curieuse de voir ce qui se cache sous la combinaison maculée d’Alex. Pendant ce temps, Alex continue de caresser ses seins. Il les pétrit. Il pince ses tétons et frappe doucement sa poitrine excitée. Il gémit.

Complètement absorbée par son plaisir, Sophia sent soudain quelque chose sur sa bouche. Ça sent le métal. C’est un petit bâillon qu’Alex a sorti comme par magie de la poche de sa combinaison. Elle le regarde, troublée. Mais ses yeux verts brillants lui lancent un regard rassurant. Sophia hoche la tête. Et Alex lui glisse délicatement le mince morceau entre les dents. Jamais Sophia ne s’était laissée aller de la sorte. Abandonner le contrôle. Jamais elle n’avait été attachée, assise avec un bâillon et en même temps si excitée. « Allô, il y a quelqu’un ? » Boum ! Sophia relève la tête et voit Alex debout devant elle avec un grand point d’interrogation sur le visage. « Tu vas bien ? On dirait que tu viens de voir quelqu’un dans ta tête ? » Le rouge de la honte monte au visage de Sophia.


Fantasmes de bondage – Partie 3

Frederik secoue la tête. « Un jour, vous vous casserez la figure avec votre tête en l’air, Madame S. » Sophia saute dans la voiture, claque la porte et se contente de hurler un abrupt « Qu’est-ce que vous attendez ? Démarrez enfin ».

Moins de 15 minutes plus tard, elle est assise dans son bureau, comme si c’était le matin le plus détendu de la semaine. Le café tiède dans un gobelet en carton sur le bureau, chaque mèche de son carré fraîchement blond au bon endroit et le chemisier à carreaux bien drapé sous le blazer. « Ça marche bien Sophia, pourquoi pas comme ça ? » Dring, Dring ! Le téléphone posé sur l’énorme bureau en verre sonne en rafale.

Mais Sophia est perdue dans ses pensées. « Est-ce que cela vient vraiment d’arriver ? Est-ce que je l’ai rencontré et je n’ai rien trouvé de mieux que de sprinter vers la sortie, mon café à la main ? Franchement, Sophia, il faut que tu travailles très vite sur ta présence. Cela fait des jours que tu fais des rêves érotiques avec ce type, et puis ça ? La sonnerie du téléphone s’intensifie et ramène Sophia au présent. « Oui, je suis désolée. J’ai eu un empêchement ce matin. Est-ce qu’on peut aussi reporter le rendez-vous à plus tard, pour que je puisse me faire une idée des conditions de travail dans l’atelier de production ? »

Sophia se tient devant le miroir. Elle étire soigneusement le rouge à lèvres bordeaux sur ses lèvres pulpeuses. Avec sa brosse, elle passe délicatement la main dans ses cheveux. Lentement, elle tourne son corps bien formé de gauche à droite devant le miroir. Sophia s’observe sous tous les angles. Son regard se pose alors sur ses fesses fermes. Heureusement, dans la précipitation de ce matin, elle a quand même opté pour la jupe en cuir bleu foncé. Sophia se donne une tape sur la fesse droite. Clac ! « Bravo ! Ainsi, tout le monde peut voir pourquoi je transpire chaque semaine dans une salle de sport hors de prix. Qu’on me dise encore que nous, les femmes, ne faisons cela que pour le plaisir… ».

Le regard de Sophia se pose sur sa montre-bracelet argentée : 11h55. « Zut, je ne peux quand même pas être encore en retard. Chérie, tu ne dois pas seulement travailler sur ta présence, mais aussi sur ta gestion du temps ». Sophia attrape son sac à main, coince les documents sous son bras et se met à sprinter en direction de l’atelier de production. 12h05.

C’est fait ! Mais sous son chemisier, des petites perles de sueur se sont formées grâce à la précipitation et ne veulent plus défier la gravité. Elle remarque comment les regards des collègues masculins de la production se posent sur elle. « Oui, oui, marchez un peu sur des chaussures de dix centimètres de haut à travers l’installation. Vous n’auriez pas l’air différent sous votre combinaison », grommelle-t-elle. « On peut commencer la visite, s’il vous plaît ? Nous sommes en retard ». Sophia se sent comme au début de la semaine, lors de son discours inaugural. Sauf que maintenant, elle ne se tient pas devant près de 5000 collègues de travail qui la regardent avec avidité, mais comme un tas de misère et complètement en sueur devant le conseil d’administration. Qu’est-ce qui est pire maintenant ? Elle décide de ne plus penser à son apparence transpirante. Sophia se joint à la direction du conseil d’administration.

Trente minutes, d’innombrables machines de production et des pieds douloureux plus tard, elle est soudainement arrachée à son travail sérieux de comité d’entreprise. Sophia n’en croit pas ses yeux. Dans le hall de production cinq, un homme aux cheveux bruns complètement ébouriffés et à la barbe en bataille sort de derrière la ligne d’embouteillage. « Sans blague ? Ici ? » Il ne faut pas deux secondes à Sophia pour que ses sens soient immédiatement réactivés. « Ton jour de chance, Sophia. Et s’il te plaît : Ne. Foire. Pas. Encore. Une. Fois ». Elle a à peine le temps de prendre ses mots à cœur que le regard de l’inconnu la frappe. Sophia est submergée par une vague de chaleur. Des fourmillements sauvages commencent à se faire sentir dans son estomac. Elle regarde avec embarras le sol en béton de l’atelier de production, en espérant que l’inconnu ne remarque pas son visage tout rouge. « Corps, juste une demande : Ne recommence pas à me rendre muette. S’il te plaît ».

 


Fantasmes de bondage – Partie 2

« Vous allez bien ? Vous avez encore quelque chose à dire ou vous avez fini ? », siffle une voix rauque dans l’oreille de Sophia. Finie la rêverie. « Entrailles de la terre, ouvrez-vous, s’il vous plaît ». Avant même que Sophia ait rassemblé ses sept sens, un murmure parcourt la salle. « Super chérie, tu as vraiment bien géré le moment le plus important de ta carrière. Les gens se souviendront de toi – et comment ». Sophia rassemble ses notes à la hâte et se place sur le côté de la scène, la tête baissée. « C’est là qu’est ta place maintenant. Comment peut-on être aussi stupide ? »

Lorsqu’elle ose, après quelques minutes, laisser son regard errer dans la foule, elle retient à nouveau son souffle. La place du deuxième rang est vide ! Où est l’homme mystérieux qui a réussi à la déstabiliser aussi facilement d’un seul regard ? Moins de cinq minutes plus tard, la salle est vide. Sophia se dirige vers la sortie en titubant sur ses talons hauts comme un tas de misère. Dans sa tête, un chaos de pensées. « Comment peut-on se laisser déstabiliser par un type pareil ? ». Lorsqu’elle se fait raccompagner par son chauffeur, elle n’a plus qu’une idée en tête : revoir cet homme mystérieux et totalement imparfait.

« Je ne peux pas non plus prendre ce rendez-vous aujourd’hui. Mon agenda est plein à craquer. Convenez simplement d’un nouveau rendez-vous la semaine prochaine ». Malgré sa désolante prestation de bienvenue en début de semaine, le travail s’empile sur le bureau de Sophia. Quand elle n’est pas au bureau à éplucher des documents, elle se rend presque chaque jour dans un autre service du groupe pour avoir une meilleure vue d’ensemble.

C’est à peine si Sophia remarque les regards langoureux de ses collègues masculins lorsqu’ils la voient traverser les halls dans son tailleur chic. Tout ce qu’elle veut, c’est enfin trouver l’inconnu. Cette idée l’obsède ! Car même les nuits, Sophia les passe avec lui. Dans ses rêves, lorsqu’elle s’installe confortablement sur son couvre-lit en soie fraîchement parfumé. A part une paire de stilettos vernis hors de prix et une nuisette rouge, elle ne porte rien sur ses rondeurs. Ses jambes commencent à se frotter lascivement l’une contre l’autre.

Charmante et pleine d’anticipation, elle passe son index sur ses lèvres pulpeuses. Son regard en quête de tendresse en dit plus que mille mots. Puis il arrive enfin et ses mains puissantes commencent à la caresser timidement. Tandis que sa main gauche pince ses mamelons excités, l’autre la gâte en donnant de légers coups sur ses fesses bien formées. Lentement. Le corps de Sophia se tord de plaisir. Elle n’a jamais rien ressenti de tel auparavant. Puis sa main se déplace et son index se fraie délicatement un chemin dans son slip. Encore et encore, le doigt se fraie un chemin un peu plus loin en elle. Alors que Sophia n’arrive plus à avoir une pensée claire, sa langue a enfin atteint son but. Folle de désir, elle tourne autour de la pièce la plus précieuse de Sophia. Plus vite, plus fort, plus dur s’il te plaît … !

Clic, clac ! Il est 6h30. Le rêve merveilleux de Sophia est brutalement interrompu par son réveil. Cela fait maintenant quatre jours que cela dure. Chaque nuit, elle a une illusion séduisante différente avec cet homme. Mais ce matin, c’était quelque chose de très spécial. C’est pourquoi elle décide sans hésiter de prolonger ses doux soupirs sous la douche. Sophia, encore légèrement endormie, ouvre le robinet de la douche. Lentement, les gouttes d’eau chaude coulent sur son corps pas encore tout à fait réveillé. Mais en pensant à la nuit dernière, elle se tord à nouveau de plaisir.

La main de Sophia saisit le pommeau de douche. Elle règle le jet d’eau un peu plus fort et la température plus chaude. « Et maintenant, nous allons reprendre exactement là où ce réveil de merde m’a interrompue ce matin ». Sophia presse son mont de Vénus contre la paroi encore froide. Entre-temps, elle a dévié le jet d’eau chaude vers ce point. Elle fait bouger prudemment le jet de haut en bas. Son désir ne cesse de croître. En pensée, elle se plonge dans son rêve de la nuit dernière. Elle savoure ce que l’inconnu lui a fait. Les minutes passent. Le corps de Sophia bouge de plus en plus vite. La sensation de chaleur est maintenant à portée de main. Tandis que le jet d’eau caresse son clitoris de manière ininterrompue et monotone comme un ruisseau, sa main cherche à se frayer un chemin à l’encontre de la pesanteur. Sophia commence à se caresser doucement. Quelle surexcitation, avant même le premier café !

« Je pourrais me réveiller comme ça tous les matins. Grandiose ! » Puis le regard de Sophia se pose sur l’horloge du couloir à travers la porte ouverte. « Zut ! Ce n’est pas possible. Maintenant, je vais être en retard en plus ». Sophia se glisse dans son corsage, puis dans l’un des nombreux tailleurs-pantalons noirs proprement accrochés. Il ne reste plus de temps pour son latte 0% quotidien. Elle claque la porte de l’appartement derrière elle et appuie sur le bouton de l’ascenseur. A peine la porte d’entrée franchie, Sophia hurle. « Dépêche-toi, Frederik. Nous devons faire un arrêt à la cantine sur le chemin du bureau. Sans mon café, je suis imbuvable ».

Là ! Il est là! LUI ! Dans la cafétéria de la cantine. Sorti de nulle part.

« Un grand Latte 0% à emporter, s’il vous plaît. Et si c’est possible, volontiers en version rapide. Je suis en retard ». À la caisse, Sophia fouille à la hâte dans son sac à main vert vif. Rien à trouver. Dans la précipitation, elle a effectivement laissé son porte-monnaie à la maison. Quel début de matinée ! « Je suis vraiment désolée, mais est-ce que vous pouvez exceptionnellement me faire crédit ? » Le caissier secoue la tête. Le rouge de la honte monte au visage de Sophia une fois de plus cette semaine.

C’est alors que l’on frappe sur son épaule. Sophia se retourne et n’en croit pas ses yeux. Là ! Il est là! LUI ! Dans la cafétéria de la cantine. Sorti de nulle part. Ses cheveux sont complètement ébouriffés par la pluie et son costume à rayures a cette fois laissé place à une combinaison de travail grise. Ses mains puissantes sont sales de crasse. Mais avant que Sophia n’ait pu réfléchir à ce look, son regard l’a déjà à nouveau captivée. C’est comme il y a quelques jours, lors de son discours d’investiture. Le corps figé par la tension. Rien ne va plus. « Le café de la dame est pour moi ! » Puis l’appel de Frederik retentit dans la cantine. « Madame S., nous devons ! Le conseil d’administration vient d’appeler pour savoir où vous étiez ». Sophia attrape son café et se met à courir…


Bondage-Fantasien – Partie 1

Succès, égoïsme, émancipation ! Lorsque Sophia se regarde dans le miroir, comme tous les matins à 7h30, son latte 0% dans une main et son smartphone dans l’autre, elle retient son souffle pendant un instant. « Comment as-tu fait pour arriver jusqu’ici ? », pense-t-elle avant de chercher désespérément ses talons hauts noirs dans l’étroit couloir de son appartement de luxe de 100 mètres carrés. Enfant, elle avait pourtant de tout autres rêves. Simple, mais heureuse, elle voulait l’être une fois dans sa vie. Se tenir debout dans sa propre cuisine de campagne, vêtue d’un jean déchiré et d’un pull en laine douillet. Autour d’elle, une horde d’enfants bien élevés. La quiche aux légumes parfumée dans le four, avec laquelle elle surprend son mari attentionné et les enfants pour le dîner. « Imbécile. Tu ferais mieux de te concentrer sur la réunion plutôt que de rêver là ».

Sophia, 35 ans, a appris à se passer de tout au cours de sa vie. A l’université, c’est elle qui a éclipsé ses camarades d’école de commerce en faisant preuve de beaucoup d’assiduité et qui a obtenu son diplôme, comment pouvait-il en être autrement, avec mention. Elle n’avait qu’un seul objectif durant toutes ces années : devenir la première présidente du comité d’entreprise du plus grand groupe pharmaceutique d’Allemagne. Le soir, alors que Sophia était encore assise dans son bureau et vidait le dossier de signatures de son patron totalement planifié, ses collègues s’amusaient déjà avec une bouteille de vin rouge hors de prix dans leur restaurant préféré, « L’Excluse », au coin de la rue. « Mes efforts finiront par payer ! J’en suis sûre ». Cette pensée lui trottait dans la tête comme un mantra. Chaque jour à nouveau.

Les embouteillages ! « Toujours la même odyssée. Pourquoi les gens ne prennent-ils pas le train, comme je devais le faire autrefois ? » Sophia est assise sur le siège arrière en cuir de la voiture de l’entreprise, dans son tailleur bleu foncé. A l’un des innombrables feux de signalisation, elle essaie dans son petit miroir à main, d’une main tremblante, de dessiner enfin un trait d’eye-liner raisonnable sur son œil droit. Dans sa tête, elle revoit son discours. Chaque phrase doit être correcte. Vraiment toutes !

« Aujourd’hui, rien ne doit aller de travers. Reprends-toi, Sophia. Tu peux le faire ». Dans moins de 30 minutes, elle ne marquera pas son discours seulement devant son chauffeur comme le matin, mais devant plus de 5000 collègues. Presque exclusivement des hommes. Certains d’entre eux la déshabilleront du regard. Ils fixeront avidement son corps parfaitement entraîné et commenceront à se faire des rêves fous dans leur tête. Lorsque leur regard s’arrêtera sur ses seins bien formés dans un chemisier trop serré, ils espéreront qu’elle échoue. Qu’elle se ridiculise.

Comme s’ils n’attendaient qu’une chose : pouvoir se glisser lentement et un par un sous son slip humide.

« Bonjour à tous. Je suis enfin heureuse de vous saluer tous personnellement. Grâce à votre engagement et à votre soutien, nous ferons progresser cette entreprise. C’est un honneur pour moi, en tant que nouvelle présidente de leur comité d’entreprise, de défendre leurs droits… » Sophia s’interrompt soudain. Pendant une seconde, les mots lui manquent. Disparu ! Le discours dans sa tête a disparu. Son regard dans la salle obscure s’est tout simplement arrêté au deuxième rang.

Il est assis, là, tout au bord. Cheveux bruns, barbe fournie. Le costume a l’air d’avoir été acheté sur le marché. Rien de spécial. Gris, en tout cas. Des rayures et manifestement une taille trop grande. La cravate est bien trop lâche autour du cou. Il a nonchalamment croisé les jambes. Ses doigts jouent les uns contre les autres. Comme s’ils n’attendaient qu’une chose : pouvoir se glisser lentement et l’un après l’autre sous son slip humide. Mais d’abord, sa langue gourmande lèche son index avec délectation. Comme pour dire que Sophia n’est pas la seule à pouvoir se réjouir des prochaines minutes… Puis ses doigts continuent à chercher leur chemin. Arrivés à destination, ils caressent par petits cercles la pièce la plus précieuse de Sophia. La pression ? Augmente à chaque contact. Son clitoris se tend vers les doigts étrangers, plein d’envie et de joie à l’idée d’atteindre son apogée. Car ils savent exactement ce qu’ils font là. Ils pénètrent enfin dans Sophia. L’un après l’autre. Ils font des mouvements de va-et-vient. Juste assez pour qu’ils ne glissent plus hors d’elle…

L’estomac de Sophia se noue. « Mémo à moi-même : Écoute enfin les paroles de maman et mange quelque chose le matin ». Pour la première fois de sa vie, pendant une milliseconde, ce n’est pas le travail qui compte. Pas les plus de 5000 collègues qui lorgnent avec avidité. Pas le rouge de honte qui se dessine sur son visage pâle sous tout le maquillage et les nombreuses taches de rousseur.

Tout ce qui compte, c’est LUI. Cet homme qui ne correspond pas du tout à son profil. Mais son regard. Il fige le corps de Sophia. Rien ne va plus lorsqu’elle remarque comment il la regarde de loin. En pensée, il l’attire lentement vers lui depuis la scène, pour ensuite passer ses mains sur son chemisier – sous lequel se dessinent lentement ses bourgeons durs dans le soutien-gorge en dentelle. Ses lèvres se promènent le long de son cou. Avec précaution, pour ne pas manquer un millimètre de sa peau. Après de nombreuses caresses, elles restent accrochées à ses lèvres. La peau de Sophia, encore soigneusement rasée le matin, picote et se met à trembler. Une chaleur de plus en plus intense se répand en elle…

 


À propos de l’auteure

Henriette Nilsson écrit avec passion des histoires érotiques et des romans d’amour. Née à Hambourg, elle a grandi à Stockholm et à Paris et vit ses affinités avec le journalisme et la littérature aussi bien dans sa vie professionnelle que privée. Elle est marquée par le mode de vie de sa génération et inspirée par la sensualité et l’intimité. Ses histoires pétillantes reflètent le désir d’une société ouverte qui ne considère pas le plaisir comme un tabou. Henriette Nilsson est connue pour sa série « Verbotene Verführung » (Séduction interdite) avec les titres « Unwiderstehlich » (Irrésistible) et « Entfesselt » (Déchaîné).

 

Écrit par
Plus d'articles de Gast

Voici comment les personnes qui ont une vulve atteignent l’orgasme

L'orgasme représente l'apogée du plaisir sexuel et compte parmi les plus belles...
Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.