Dirty Talk: Let’s talk about Sex!

Dirty Talk

Le dirty talk c’est sexy, et peut rendre la tension sexuelle encore plus intense. Mais souvent, nous ne savons pas ce que nous pouvons/devons/avons le droit de dire et ce qu’il vaut mieux éviter. Pour beaucoup, ce sont les inhibitions qui empêchent de sortir des mots ou des phrases excitantes. Nous expliquons à l’aide d’exemples quand c’est le bon moment pour le Dirty Talk et ce que vous pouvez dire. C’est parti !

Sommaire

  • Qu’est-ce que le Dirty Talk ?
  • Apprendre à Dirty-Talker
  • No-gos et tabous
  • Textes et proverbes

Qu’est-ce que le Dirty Talk ?

Le Dirty Talk consiste à exprimer sans retenue ses pensées sexuelles secrètes à son ou sa partenaire. Le but est d’augmenter le désir sexuel avec des mots et de rendre ainsi les ébats encore plus chauds. Le dirty talking s’intensifie – les exceptions confirment la règle – petit à petit. Tu n’as donc pas besoin de te lancer tout de suite dans des déclarations complexes. En outre, les phrases récitées et apprises par cœur, ainsi que les phrases que tu ne penses pas du tout, sont un no-go au lit. Les mots “cochons” doivent bien sûr venir de toi. Cependant, certaines phrases coquines peuvent très vite tourner au vinaigre, blesser ou vexer le ou la partenaire. Pour éviter cela, nous avons quelques conseils pour faire tourner la tête de votre partenaire avec un ton juste, y compris des propositions concrètes de phrases, textes et petits mots hot. Trop timide ? Ne vous inquiétez pas, le dirty talk, ça s’apprend !

Apprendre le Dirty Talk : des mots qui excitent

Avec un·e nouveau·elle partenaire ou dans une relation de longue durée, où les gémissements étaient jusqu’à présent les seuls sons émis pendant les rapports sexuels, il peut être irritant de se mettre à parler d’un seul coup. Commençons donc tout doucement : Un « oui » murmuré, un « juste là » soufflé ou un simple « oh mon Dieu » est un bon début pour un dirty talk torride. Deuxième étape : faire des compliments (coquins) ! Ici, le choix des mots est clairement important. « Chérie, tu sens si bon » ou « Tu te rends compte à quel point tu es belle ? », c’est certes agréable à entendre – mais ce n’est pas excitant. Lors du Dirty Talk, utilise des mots que tu ne dirais peut-être pas autrement. Bite, chatte, seins, cul. Ces mots appartiennent à la chambre à coucher. Ces mots font partie d’un bon dirty talk.

« Tu as un si beau cul », « tes seins me rendent fou » ou « ta queue est si agréable » – ce genre de compliments fait toujours son effet lors des préliminaires ou du sexe. Cet obstacle franchi, tu oseras peut-être maintenant faire des déclarations claires. Dans le Dirty Talk, il faut être direct·e – les subjonctifs ne servent à rien. « J’aimerais tellement que tu me lèches » n’est rien comparé à « Je te veux ! », « Embrasse ma chatte ! », « Fais de moi ce que tu veux ! » ou tout simplement « Baise-moi ». De cette manière, tu peux exprimer tes désirs ou annoncer toi-même ce que tu vas faire avec ton·a partenaire : « Je vais te faire jouir comme il faut » ou « Je vais te baiser à mort » – ton·a partenaire n’en peut plus d’attendre. Dis simplement ce qui va se passer, et ce de la manière la plus obscène possible, à faire dresser les oreilles de maman.

Dirty Talk – le ton mène la danse

Beispiele für Dirty Talk in verschiedenen Situationen: Bild einer Person, die im Bett liegt und flirtend in die Kamera schaut

Après la question : « Dirty Talk – que dire ? », viens immédiatement le « problème » suivant : comment le dire ? Le plus important, comme pour tant de choses au lit, c’est la confiance en soi. Si tu aimes le Dirty Talk ou si tu veux l’essayer, tu devrais simplement essayer. Ne réfléchis pas trop – ose ! N’essaie pas de paraître timide ou puéril. Oui, le dirty talk peut parfois être ridicule et il est important de pouvoir rire ensemble. N’aie pas peur de casser l’ambiance avec un éclat de rire, la sexualité est un jeu à deux. Le langage corporel compte aussi. Il faut éviter de fixer le sol de manière incertaine ou d’avoir des expressions faciales bizarres, comme tirer la langue, lors d’un dirty talk. Sois sûr·e de toi et respecte ta parole, c’est la seule façon d’obtenir ce que tu veux : une montée du désir.

Que tu chuchotes doucement les phrases à son oreille lors du Dirty Talk ou que tu les cries de plaisir, c’est à toi de choisir selon tes préférences et ton courage. Conseil de pro : fais attention à ta prononciation et prends le temps de faire des pauses. « Je te veux… » – » …tout au fond de moi », cela augmente la tension et rend le moment encore plus pétillant. De plus, accentue encore plus les mots que tu n’utilises pas habituellement, parle lentement ou en regardant ton·a partenaire dans les yeux.

No-Go : ces propos-là sont interdits

Un certain nombre de propos sont bannis dans les moments intimes, à moins d’avoir fait l’objet d’une discussion dans un moment sobre et posé afin d’établir les choses qui peuvent être dites. Les propos dégradants (sale petite…), exotisants (tigresse des îles…) ou homophobes n’ont leur place nulle part, et encore moins dans l’intimité. Au-delà, de ces règles de bon sens, il est bon de passer en revue quelques autres afin d’éviter un moment de malaise, d’irrespect de ton·a partenaire ou carrément de trauatisme.

« Griffe-moi, mords-moi, donne-moi des noms d’animaux » ! – les noms d’animaux au lit ne sont pas seulement un mauvais cliché pornographique, ils sont aussi parfois ridicules. « Tu es un étalon sauvage », « Tu es une jument en chaleur », « Fais-moi le tigre »… Les jeux de rôles autour de l’animalité sont à domaine séparé du dirty talk, et en entrant sur ce terrain sans l’avoir discuté avec votre partenaire auparavant, vous risquez au mieux un moment de ridicule, au pire une insulte, parfois raciste. Alors de façon génerale, au début en tout cas, on évite !

Alors que certaines personnes aiment se faire traiter de « salope », de « cochon » ou autres insultes courantes, d’autres préfèrent éviter ce genre de propos lors d’une conversation coquine. Avant de dépasser les bornes avec des insultes sauvages, il vaut mieux tâter le terrain lentement et voir jusqu’où tu peux aller, demander quelles sont les limites.

Dirty Talk : les bonnes répliques pour chaque situation

Le dirty talk ne doit pas nécessairement avoir lieu pendant le sexe. Il existe de nombreux moyens d’exciter ton·a partenaire avec des mots – même en dehors de votre chambre à coucher.

Dans les transports

Une sortie à deux est idéale pour apprendre le « dirty talk ». Tu peux chuchoter à l’oreille de ton·a partenaire que tu as envie de lui ou d’elle en ce moment. Si vous êtes assis·es l’un·e en face de l’autre dans un restaurant, vous pouvez laisser entendre que vous préféreriez ne pas prendre de dessert parce que vous connaissez quelque chose d’encore plus délicieux. Il n’y a rien de plus excitant que d’entendre des propos obscènes sur le sexe en public. Mais chut – adaptez votre volume sonore à l’environnement.

Au travail

Tu veux torturer un peu ton·a partenaire toute la journée ? Alors chuchote-lui simplement à l’oreille le matin : « J’ai hâte de te sentir en moi ce soir ». Ou bien tu adoucis sa journée de travail en l’appelant et en murmurant brièvement au téléphone : « Toute la journée, je pense déjà à ce que je vais faire avec toi tout à l’heure ». Bien sûr, tu devrais pouvoir évaluer la situation ou demander brièvement si ton·a partenaire est seul·e. Car en plein milieu d’une réunion, cet appel téléphonique pourrait être plutôt gênant

Sur des post-its

Les post-it ne sont pas seulement pratiques (depuis « Sex and the City », nous savons que l’on peut même rompre sur ces petits bouts de papier adhésif inoffensifs), ils sont aussi idéaux pour envoyer des messages doux ou salaces à ton·a partenaire. Tu peux par exemple y faire des annonces comme « Je vais te lécher tout à l’heure jusqu’à ce que tu viennes », « Je suis tout·e à toi – tu peux faire de moi ce que tu veux » ou lancer un jeu comme « Écris comment tu veux me prendre ce soir ». Les notes ne doivent pas non plus être collées uniquement sur le frigo. Cache-les donc dans la poche de sa veste ou dans son porte-monnaie. Votre créativité n’a pas de limites.

Par message

Les conversations coquines par messages sont appelées sexting – une création à partir des termes « sexe » et « texting ». « J’ai rêvé d’un truc vraiment sexy cette nuit. Tu veux savoir quoi ? » – peut être un bon point de départ pour un sexting torride. Décris concrètement ce dont tu as rêvé ou ce dont tu es en train de rêver. « Nous avons fait l’amour », ce n’est ni concret, ni sexy. Mais « Tu m’as lentement déshabillé·e et tu as couvert mon corps nu de baisers de haut en bas. Ensuite, tu m’as gâté·e avec ta langue jusqu’à ce que je jouisse… » éveille certainement l’excitation chez ton·a partenaire de sexting. Le meilleur : via le téléphone portable, il y a encore beaucoup d’autres possibilités de s’amuser – par exemple des emojis ambigus ou bien sûr des photos hot (tant qu’elles sont consenties et demandées).

Une bonne phrase de dirty talk fonctionne toujours – peu importe qu’elle soit chuchotée, criée, gémie ou tapée à la machine. Tu verras…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.