La prostate chez les personnes à vulve

(Source: Cottonbro/Pexels)

Pour beaucoup, la question “Les personnes à vulve ont-elles une prostate ?” peut sembler étrange, car les livres médicaux ne parlent que de la prostate chez les personnes à pénis, qui est responsable de la production de sperme. Il est donc surprenant que nous vous révélions maintenant que des tissus prostatiques peuvent être détectés dans le corps des personnes à vulve.

La prostate chez les personnes à vulve

La prostate dite “féminine” était déjà un sujet de discussion, même si, comme dans de nombreux domaines de la médecine, l’anatomie du corps des personnes à vulve a été moins étudiée que celle du corps dit “masculin”. C’est pourquoi, même aujourd’hui, il y a encore des zones de mystère sur les différences et les similitudes entre l’anatomie de ces deux corps.

Dès 1672, le gynécologue Reinier De Graaf a émis sa théorie selon laquelle il existe une prostate “féminine”. Cette supposition a toutefois été freinée lorsqu’Alexander J.C. Skene a désigné le tissu en question comme glande para-urétrale au 19e siècle. Le terme de glande de Skene est également très répandu – il permettait de la distinguer clairement de la prostate en médecine, ce qui a permis de faire accepter l’idée qu’il devait s’agir de deux structures tissulaires différentes.

Chez les personnes à pénis, la prostate a la forme d’une noix et mesure environ quatre centimètres lorsqu’elle est saine et non agrandie. Chez les personnes à vulve, elle peut toutefois être de taille et de forme différentes, comme l’a découvert le médecin slovaque Milan Zaviacic dès les années 80 et 90.

Comparaison des organes génitaux de la vulve et du pénis (Source: brgfx/Freepik)

De nouveaux résultats d’études suggèrent une prostate chez les personnes à vulve

Une étude publiée en 2011 par des chercheur·euse·s de la clinique universitaire de gynécologie de Vienne a conclu que les personnes à vulve possédaient également une prostate. Cela a été démontré sur la base d’échantillons de tissus prélevés sur des femmes atteintes d’un cancer de la vessie. Auparavant, on avait en effet constaté que des tumeurs impliquant la glande parathyroïde pouvaient se développer chez les personnes à vulve. La question s’est donc posée de savoir si cette glande présentait des similitudes physiologiques avec la prostate des personnes à pénis.

Résultat des analyses : 14 échantillons sur 25 contenaient des cellules présentant des similitudes avec celles du tissu prostatique “masculin”. L’examen a également permis de déterminer l’antigène spécifique de la prostate PSA – cette protéine est produite par la prostate. Si elle est présente en grande quantité, cela peut être un signe de cancer. Certains des échantillons analysés pourraient donc être des cancers de la prostate chez les personnes à vulve. Le cancer de la prostate chez les personne sà vulve est toutefois nettement plus rare que chez les personnes à pénis.

Pourquoi cette prostate ?

Jusqu’à présent, la question de savoir pourquoi les personnes à vulve ont une prostate n’a pas été définitivement résolue. Il semble toutefois évident que les glandes sont déjà présentes chez les embryons et qu’elles se développent plus tard différemment sous l’effet des hormones masculines ou féminines. On sait que la prostate se forme chez les personnes à pénis dès le troisième mois de grossesse. Chez une personne à vulve, il n’y a apparemment pas de maturation ultérieure, de sorte que le tissu est tout de même présent.

Squirting : quel est le rôle de la prostate des personnes à vulve ?

Les glandes para-urétrales sont considérées comme des gonades du corps “féminin”, situées à l’entrée du vagin et reliées à l’urètre. Lors de l’orgasme, elles peuvent produire une sécrétion similaire à l’éjaculation masculine – vous avez peut-être déjà entendu le terme “squirting” à ce sujet. On pensait autrefois qu’il s’agissait simplement d’une fuite d’urine, mais les dernières découvertes en date montrent que ce n’est pas exact. On pense même désormais que ce liquide pourrait avoir des propriétés antibactériennes. Les personnes à vulve seraient ainsi protégées contre d’éventuelles infections urinaires après des rapports sexuels.

Avertissement : dans cet article, nous parlons de la “prostate féminine” et faisons donc référence à des distinctions et désignations sexuelles normatives.

Écrit par
Plus d'articles de Tina

Cuckolding, candaulisme & Co. – quelles sont ces pratiques sexuelles ?

Avez-vous déjà entendu parler du cuckolding, du candaulisme et du wifesharing ?...
Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *