Les zones érogènes : Les points de plaisir chez tou·te·s

Zones érogènes du corps des personnes qui ont une vulve

Les zones érogènes – ce sont des parties du corps particulièrement sensibles qui, au toucher, provoquent l’excitation sexuelle. Les touchers y sont perçus plus intensément car celles-ci ont une plus grande densité de terminaisons nerveuses. Découvre où se trouvent les zones érogènes chez les autres comment leur faire plaisir!

Zones érogènes : le corps des personnes qui ont une vulve

Si on regarde les zones érogènes chez celles et ceux qui ont une vulve, on peut voir : Le corps féminin est une vraie carte du plaisir. Pour ne pas errer et se perdre lors de ce voyage de découverte entre monts et vallées, nous avons constitué un atlas des zones érogènes de celles et ceux qui ont une vulve.

Zones érogènes sur la tête et le cou

  1. La racine des cheveux: Une zone érogène relativement inconnue se trouve dans la zone du front et de l’ensemble du cuir chevelu. Le cuir chevelu est plus sensible que la peau du reste du corps, il est donc également sexuellement sensible. Que dirais-tu d’un massage de la tête avant de faire l’amour? Se laver les cheveux l’un·e l’autre peut aussi être stimulant.
  2.  Les yeux : nos yeux ne perçoivent pas seulement des stimuli optiques. La peau délicate du contour des yeux, en particulier les paupières, est également considérée comme très sensible. Des bisous sur les yeux fermés ou le doux toucher d’une plume peut provoquer une excitation sexuelle.
  3. Le nez : « Savoir bien se sentir » n’est pas seulement une figure de style. L’odorat joue un rôle majeur dans le choix de qui nous trouvons sexuellement attirant·e. Cela est dû aux phéromones, substances messagères qui sont responsables de notre effet sur les autres et vice versa. Nos nez sont très sensibles et un toucher peut vraiment électriser, en particulier l’intérieur des narines – bien que la stimulation puisse y être un peu étrange.
  4. Les oreilles : l’oreille humaine réagit à la stimulation de deux manières : le pavillon et le lobe de l’oreille aiment se faire lécher ou mordiller. En tant qu’organe de l’ouïe, elles captent les stimuli acoustiques et se réjouissent des conversations vulgaires – mais de préférence calmes et susurrées.
  5. Les lèvres : La cavité buccale humaine – les lèvres, la langue et l’ensemble de la cavité buccale – a une très grande densité de nerfs. Même les plus petits gestes y sont intensément perçus. Les baisers ne doivent donc jamais être négligés lors des ébats amoureux, notamment lors des préliminaires.
  6. Le cou : Semblable à la peau du visage, la peau du cou est plus fine et plus sensible au toucher que le reste du corps. On peut donc s’attarder sur la nuque et le cou à chaque expédition : mordiller, embrasser, sucer doucement (attention aux suçons !), hâler et souffler te donnera des frissons dans le dos.

Les zones érogènes du haut du corps

  1. Les mains : nos mains sont notre organe sensoriel numéro un lorsqu’il s’agit de toucher et de palper – une sensibilité élevée est demandée ! C’est pourquoi il existe de nombreuses terminaisons nerveuses dans la paume des mains, sur le bout des doigts et sur les poignets, qui peuvent être stimulées par de légers massages, de douces caresses ou des baisers.
  2. Les aisselles : qui ne se souvient pas de cette scène de Dirty Dancing où Johnny passe sa main sous l’aisselle de Baby en cours de danse et qu’elle éclate de rire ? En tout cas, il savait comment allumer les personnes qui ont une vulve, car les aisselles sont des zones cutanées très sensibles qui (en fait) ne sont pas équipées de poils protecteurs pour rien.
  3. Le seins : Après la vulve, les seins, en particulier les mamelons, sont considérés comme la zone la plus érogène du corps des personnes qui ont une vulve, pouvant même produire un orgasme. Leur stimulation active les mêmes zones du cerveau que la stimulation du clitoris. Les jeux de langue, les mordillements ou les vibrations excitantes seront les bienvenus.
  4. Le dos : D’innombrables terminaisons nerveuses convergent dans la moelle épinière, ce qui fait du dos le long de la colonne vertébrale et en particulier de la région lombaire une zone hautement érogène. Un massage relaxant du dos est donc non seulement bénéfique, mais également idéal comme préliminaire.
  5. Le ventre: d’innombrables voies nerveuses circulent le long de la paroi abdominale et autour du nombril. Stimuler cette région – avec la langue ou en appuyant doucement sur le nombril – peut être très excitant. On dit que les stimuli du nombril sont capables de déclencher des contractions dans les muscles du plancher pelvien, comme lors d’un orgasme. Au fait : tu n’es pas obligé·e d’arroser le nombril avec du champagne ; des bonbons pétillants feront aussi l’affaire !

Les zones érogènes du bas du corps

  1. Le clitoris : Le clitoris est l’organe central de l’extase de celles et ceux qui en ont et le seul dédié exclusivement au plaisir. Il possède deux fois plus de fibres nerveuses que le pénis et est particulièrement sensible au toucher. Mais aussi le pubis, les lèvres et bien sûr la zone G sont des points chauds absolus. Ce dernier se trouve à environ 4 à 5 centimètres de l’entrée vaginale le long de la paroi frontale du vagin.
  2. Les fesses : les fesses sont l’une des zones les plus érogènes du corps humain. L’anus en particulier est entouré de nerfs qui s’étendent jusqu’aux organes génitaux. De légères claques sur les fesses aux relations anales – ça vaut le coup d’explorer !
  3.  L’intérieur des cuisses : caresser le long de l’intérieur des cuisses déclenche des picotements agréables et une anticipation pour plus. Étant donné que de nombreuses personnes sont équipées de coussinets d’amour, on peut parfois y aller un peu plus fort. Essaye un peu une fessée douce !
  4. Le bas des genoux : nos genoux sont très réceptifs aux stimuli, car c’est là que se rejoignent de nombreuses terminaisons nerveuses qui signalent le moindre contact au cerveau. De douces caresses ou de légères vibrations peuvent déclencher des sensations de plaisir inattendues.
  5. Les pieds : un massage des pieds après une dure journée est relaxant et peut même être énergisant. Si arrive à toucher les bonnes zones réflexes du pied ou les bons points d’acupression, tu peux même déclencher des stimuli qui seront envoyés directement dans la région génitale. Essaye-le sur la plante du pied entre le gros et le deuxième orteil ou à l’extrémité du talon vers le tendon d’Achille.

Zones érogènes : Le corps de celles et ceux qui ont un pénis

Zones érogènes du corpsde celles et ceux qui ont un pénis

De nombreuses zones érogènes sont identiques chez tous les genres, mais il existe des différences – tout comme chaque corps a ses propres points de plaisir individuels. On te donne des conseils sur où se trouvent les zones érogènes chez celles et ceux qui ont un pénis et comment celles-ci peuvent être particulièrement stimulées.

Les zones érogènes de la tête et du cou

  1. Les yeux : En ce qui concerne le sexe, celles et ceux qui ont un pénis sont particulièrement visuel·le·s et apprécient beaucoup les stimuli visuels. Mais toucher les yeux fermés peut aussi provoquer des frissons. La peau autour des yeux est très sensible et une zone érogène qui apprécie spécifiquement la tendresse.
  2. La nuque : Un massage énergique de la nuque, des baisers et des mordillements légèrs sur le cou sont non seulement relaxants, mais peuvent être sacrément excitants. Une petite griffe à la nuque fera ronronner même le tigre le plus fort.
  3. Les oreilles : En tant que zone érogène spécifique, l’oreillette et le lobe de l’oreille réagissent très fortement à la stimulation de la langue, à la respiration et au mordillements qui provoquent d’agréables frissons dans tout le corps. De plus, l’oreille se réjouit qu’on lui susurre des mots doux ou sales lors des ébats amoureux.
  4. Les lèvres : une zone spécifique et très érogène est la cavité buccale d’une personne. C’est pourquoi s’embrasser est si incroyablement bon. Les lèvres et la langue sont très sensibles et même de douces caresses ou de légers mordillements peuvent ouvrir une folle nuit d’amour.
  5. Le cou : Semblable à la peau du visage, la peau du cou est plus fine et plus sensible au toucher que le reste du corps. Il ne faut donc pas oublier de prendre du temps pour s’occuper de la nuque et du cou à chaque expédition : mordiller, embrasser, sucer doucement (attention, danger de suçons !), respirer et souffler vous donneront des frissons dans le dos.

Zones érogènes sur le haut du corps

  1. Mains : Les mains et les doigts sont équipés de nombreuses terminaisons nerveuses et sont donc très sensibles. Le bout des doigts contient un nombre particulièrement important de palpeurs de Meissner, des récepteurs de pression de la peau, qui peuvent être stimulés par des caresses ou des baisers. Astuce : lécher et sucer ses doigts déclenchera des fantasmes.
  2. Les aisselles : Attention, danger de chatouilles ! Mais si tu te l’autorises et que tu supportes que tes aisselles soient délicatements touchées, tu vas sûrement l’aimer. La zone cutanée très sensible au niveau des aisselles est une zone très érogène qui apprécie l’attention. Conseil : de préférence après la douche, lorsque ni la sueur ni le déodorant ne peuvent gêner les baisers intimes.
  3. Les seins : Comme les personnes qui ont une vulve, la plupart des gens qui ont un pénis sont très sensibles à leurs seins et leurs mamelons. Les terminaisons nerveuses de cette zone érogène spécifique sont directement liées à celles des organes sexuels. Mais attention au mordillement, il vaut mieux être délicat·e avec les bourgeons sensibles !
  4. Le dos : un grand nombre de terminaisons nerveuses sont regroupées dans la moelle épinière. Beaucoup de personnes qui ont un pénis sont très sensibles au toucher sur le dos et la colonne vertébrale, en particulier dans la région du sacrum. Gâte ta·ton partenaire en passant tes doigts le long des nerfs de la colonne vertébrale entre les fesses et les épaules.
  5. Le ventre : Beaucoup de personnes qui ont un pénis
    adorent se faire caresser entre le nombril et la tige du pénis – par anticipation et parce que le ventre, en particulier autour du nombril, est parsemé d’une abondance de terminaisons nerveuses. Être léché·e et caressé·e peut vite devenir très excitant dans cette région. Un arrêt sur le chemin qui mène vers le bas est chaudement recommandé.

Les zones érogènes du bas du corps

  1. Les cuisses et genoux : Les zones délicates de la peau à l’intérieur de ses cuisses jusqu’à l’arrière de ses genoux sont très sensibles au toucher. De nombreux nerfs convergent dans cette zone érogène non spécifique. Des caresses douces peuvent rapidement donner envie de plus et faire monter l’envie de caresses encore plus intimes.
  2. Les pieds : Pendant les préliminaires, ne travaille pas des lèvres vers le bas, mais des pieds vers le haut. Un massage des pieds peut être une introduction échauffante avant des ébats sauvages. Toucher le talon envoie des stimuli directement aux organes sexuels. Un massage allié à un bain moussant chaud est particulièrement relaxant.
  3. Le pénis : Le pénis est et reste la partie du corps où celles et ceux qui en ont un sont les plus sensibles au toucher. Ses hot spots se situent sur la face inférieure du pénis le long de l’urètre, de bord du gland, du gland lui-même, du prépuce, et surtout sur le frein (la petite bande qui relie le prépuce à la face inférieure du gland). Caresser, frotter, embrasser, sucer, masser – oui, s’il vous plaît !
  4. Les testicules : Toute la zone intime des personnes qui ont un pénis est très sensible. La peau du scrotum ne fait pas exception. Caresser ou embrasser les testicules ne doit pas être délaissé, en particulier lors de relations sexuelles orales. Mais: les joyaux de la couronne doivent être traités royalement ! Serrer trop fort ou sucer trop fort peut être très douloureux.
  5. Le périnée et la région anale : C’est l’une des zones les plus érogènes de son corps. D’innombrables nerfs se ramifient ici. Il y a aussi la prostate – le point G masculin – à découvrir. Tu peux y parvenir par pénétration anale, avec un doigt tordu, un sextoy ou par pression sur le périnée, la zone située entre le scrotum et l’anus.

L’anatomie de la vulve et ses points de plaisir

L'anatomie de la vulve et des zones érogènes

  1. Le mont de Vénus avec les grandes et petites lèvres : Le pubis, aussi appelé le mont de Vénus (« Mons Veneris ») est la petite élévation au-dessus de l’os pubien, à quelques cm au-dessus des lèvres. Il est naturellement recouvert de poils pubiens et est constitué de tissus adipeux destinés à amortir l’os pubien. Son tissu est relié aux lèvres externes – une des raisons de sa grande sensibilité. Une légère pression (par exemple avec la paume de la main) et des mouvements circulaires peuvent être très excitants.
  2. Le vagin : le vagin est un tube extensible de 8 à 12 cm de long chez les adultes. Lorsqu’il est excité, il peut absorber le volume d’un pénis en érection à l’aide de l’humidité produite. Il relie le col de l’utérus au vestibule vaginal et peut être stimulé par pénétration. La zone la plus érogène – à part le point A et le point G – est l’entrée vaginale.
  3. Le clitoris : Le clitoris (également clitoris, clitoris ou point C) est l’organe du plaisir des personnes qui ont un vagin. Il a environ 8000 terminaisons nerveuses – deux fois plus que le pénis. Le bout du clitoris de la taille d’un pois se trouve au sommet de la vulve, là où les petites lèvres se rencontrent. Deux corps spongieux en forme d’oignon et deux cuisses clitoridiennes au-dessus d’eux font saillie d’environ 10 cm le long des lèvres à l’intérieur du corps. Le clitoris peut être stimulé de manière optimale par le sexe oral, avec la main ou par des positions sexuelles avec beaucoup de contact physique et de friction (position du cavalier).

Les zones érogènes de la vulve et du vagin en bref

  1. Un point : La « zone érogène antérieure du fornix » est une zone sensible située au plus profond de la vulve. Lorsqu’elle est stimulée, on dit que la production de sécrétions vaginales augmente. Il est situé dans la paroi vaginale vers la paroi abdominale, à peu près entre le point G et le col de l’utérus. Le point A peut être stimulé de manière optimale par une pénétration profonde (Doggy-Style ou cavalier) et une pression de l’intérieur vers la paroi abdominale.
  2. Le point G : La « zone de Gräfenberg » est une zone érogène d’un diamètre d’environ 2 cm. Le tissu glandulaire produit des sécrétions lorsqu’il est stimulé et, par conséquent, peut entraîner l’éjaculation féminine. Le point G est situé à environ 5 cm de l’entrée vaginale dans la paroi vaginale avant (abdominale) le long de l’urètre. Il est relativement facile à sentir : le tissu semble nervuré contrairement à la paroi vaginale lisse. La pression, les vibrations ou les frottements peuvent conduire à l’orgasme.
  3. Le point U : Le nom du point U est dérivé du terme médical désignant l’urètre. C’est une zone érogène dans le vestibule, autour de l’entrée de l’urètre entre le clitoris et le vagin, qui contient de nombreuses terminaisons nerveuses. Une approche douce est requise ici : des doigts humidifiés (éventuellement avec du lubrifiant) ou une langue agile sont idéaux pour chouchouter le point U.

Le pénis : anatomie et zones érogènes expliquées

L'anatomie du pénis et des zones érogènes

  1. Le gland – la pointe de l’iceberg
    Le gland est le renflement à l’avant du pénis et est l’équivalent du clitoris chez celles et ceux qui ont un pénis. 4 000 terminaisons nerveuses et une peau très fine le rende extrêmement sensible au toucher. Lorsqu’il n’est pas en érection, le gland est au moins partiellement recouvert par le prépuce. Chez les personnes circoncises, il est directement visible. Le bord du gland (transition entre le gland et la tige du pénis) est particulièrement érogène. Lors de la stimulation orale, tout le gland peut être mis en bouche et aspiré, créant ainsi un vide – elle·il va adorer !
  2. Le frein
    Le frein est la bande qui relie le prépuce du pénis à la face inférieure du gland. Après le gland, c’est la partie la plus sexuellement sensible du pénis. Pour une stimulation ciblée, tu peux simplement prendre ton pouce pendant la branlette et masser le frein avec ton pouce tout en caressant la tige de haut en bas. L’utilisation de la langue sur le frein est également très appréciée.
  3. Le prépuce – protecteur et sensible à la fois
    Le prépuce entoure le gland et est souvent sous-estimé en tant que zone érogène. Mais il contient également d’innombrables terminaisons nerveuses qui jouent un rôle important dans l’excitation des personnes qui ont un pénis. Lorsque le prépuce est tiré vers l’arrière et lors d’une érection, il se tourne vers l’extérieur pour que l’intérieur sensible se révèle. Le tissu contient les soi-disant corps tactiles de Meissner, qui réagissent à la pression et à l’étirement et assurent ainsi des sensations fortes. Pour des raisons médicales ou religieuses, cependant, il peut être absent chez certains hommes. Il est partiellement ou complètement retiré lors de la circoncision.
  4. La tige du pénis
    La tige du pénis est située entre la base du pénis et le gland. Le tissu érectile, qui se remplit de sang lorsqu’il est excité et provoque une érection, et l’urètre le traverse. La tige n’est pas aussi sensible au toucher que les testicules ou le gland. Tu peux également y aller un peu plus fort ici. La friction stimule le mieux la tige. Commence par des mouvements lents et augmente lentement ton rythme jusqu’à un rythme de plus en plus rapide.
  5. Le périnée
    Le périnée est la région située entre l’anus et le scrotum. D’innombrables nerfs se ramifient dans cette fine toile de peau. Un massage avec les doigts et une légère pression directement derrière les testicules peuvent être très excitants, car la prostate est également stimulée de l’extérieur de cette manière.
  6. Les testicules – les joyaux de la couronne
    Le scrotum renferme les testicules, l’épididyme et les cordons spermatiques. La peau fine du scrotum est une zone hautement érogène et donc très sensible – il faut faire attention ici. Néanmoins, beaucoup de gens aiment quand les testicules sont caressées, malaxées doucement ou mises en bouche.
  7. La prostate : le point G de l’homme
    La prostate (glande prostatique) est une glande de la taille d’une châtaigne qui produit une partie du sperme. Elle est situé sous la vessie et peut être touchée via le rectum : environ 5 à 7 cm dans l’anus sur la paroi intestinale avant vers la paroi abdominale. La prostate peut être stimulée directement ou indirectement. Un massage de la prostate indirect se pratique via le périnée, le massage direct à l’intérieur de l’anus avec un doigt tordu ou un jouet pour anal.

Astuce : tu pourras trouver plus de conseils pour ta vie amoureuse dans notre article sur les conseils sexuels et dans nos conseils pour de bons préliminaires.

 

 

Mots- clefs associés à cet article
,
Écrit par
Plus d'articles de Sarah B.

Faire l’amour quand on a ses règles: Comment rester à l’aise ?

Le sexe pendant tes règles est une chose naturelle, saine et formidable...
Lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.